Morsures – rapport n° 4

Lieu : Corse-du-Sud, commune d’Ajaccio, au large de Capo di Feno

Date : 25 juillet 2014
Informations découverte : Pascale Colantonio
Photographies :  total 6
ref : MSRG-Corse / 2014.1 Hexanchus griseus ♀ / 25-07-2014 / VM

Circonstances de l’observationH. griseus, Ajaccio 25 07 2014

Sujet : Requin griset (Hexanchus griseus), femelle, juvénile, pris au filet.

Le cliché pris sur le bateau de pêche montre clairement une parabole. A l’examen, il n’y avait aucune autre trace.

La zone d’attaque est unique et  se situe en partie dorsale.

Un second cliché de détail a été réalisé sur l’étal, dans la Halle-aux-Poissons d’Ajaccio, le lendemain de la capture. L’ensemble des informations et des clichés ont été très aimablement fournis par le pêcheur et son épouse, en charge de la commercialisation.

La taille de l’animal, non mesurée, est estimée entre 1, 50 et 1, 80 m.
Le sujet est en excellent état de conservation.

Description objective des morsures

H. griseus Capo morsure, Pascale Colantonio1° Siège de la morsure : flanc gauche, juste au-dessus de la nageoire pelvienne.
Aucune trace de dents sur le flanc opposé.

2° La morsure reste superficielle : la peau et les tissus sous-jacents sont modérément entaillés.

3° La forme parabolique est estimée à une largeur de 20 cm environ. L’entaille ne dépasse pas le centimètre d’épaisseur.H. griseus Capo, détail morsure, rencentré marqué

4° Les traces laissées par les dents sont clairement lisibles. Les marques ne sont pas situées sur une ligne continue ; elles constituent de petites droites successives, non jointives. Chacune d’elle est longue de 2 à 3 cm. Chaque incision se décompose manifestement par une pointe localisée en extrémité, accolée à une partie moins haute, causant une déchirure de la peau et des tissus moins conséquente.

Analyse

Comme le flanc droit ne présente aucune trace et que les dents du prédateur n’ont pas incisé profondément la chair de la proie, on peut en déduire que l’attaque n’a pas été virulente. Il se peut d’ailleurs que la cible ait été encore vivante et active à cet instant, en dépit de sa capture, ce qui aurait pu dissuader l’agresseur.dent de la mâchoire inférieure

En considérant les dilacérations visibles sur le cliché de détail, il semble qu’une seule espèce soit à retenir. Le cliché soumis en basse définition apparaît suffisamment net pour conclure que les dents sont toutes identiques sur la mâchoire, qu’elles sont se composent d’une grande cuspide et d’une série plus petite accolée. Il n’existe qu’une catégorie unique de requin à posséder ce module : le prédateur est assurément un Hexanchidé.

Parmi les espèces présentes en Méditerranée, la plus rencontrée dans les eaux de Corse demeure le Griset (Hexanchus griseus), l’espèce même à laquelle appartient le requin pris au filet.

La taille de la parabole laisse à penser qu’il s’agit également d’un sujet quasi aussi jeune que la proie.

Remarques

Une observation a été réalisée dans chaque entaille afin de vérifier l’éventuelle présence d’un fragment ou d’une dent complète perdue par le squale au cours de la morsure.

Le Griset possède une mâchoire  dont les capacités d’ouverture sont réduites, le maxillaire est soudé au crâne (mâchoire de type amphistylique). Les dents de la mandibule (partie inférieure donc) sont en forme de peigne, avec une grande cuspide et une série secondaire plus petite.

Vincent Maliet / Corsica – MSRG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s