Pastenague violette / Ciocciu viulettu

Dasyatis violacea , aux mœurs essentiellement pélagiques, connait une distribution quasi universelle au sein des eaux tropicales et subtropicales, se reproduisant également sous des latitudes tempérées. On rencontre la Pastenague violette (au nom synonyme de Pteroplatytrygon violacea) depuis les eaux de surface jusqu’à une centaine de mètres de profondeur (238 m semble constituer à ce jour le maximum enregistré).

Dans la première moitié du XXe siècle, des femelles gravides ont été capturées au cours de différentes saisons estivales dans les eaux de la Péninsule italienne, en baie de Naples très précisément. Les embryons observés se trouvaient à tous les stades de développement. Sur cette base, on a pu déterminer que la gestation se déroulait sur une courte durée de 2 à 3 mois et que la délivrance s’effectuait entre août et septembre. La parturition a eu lieu avant que les raies ne migrent vers des eaux plus chaudes (des expériences menées à la Station Zoologique de Naples tendent à prouver qu’elles subissent de fort taux de mortalité dès 13° C).

Les mâles arrivent à maturité entre 37, 5 et 47, 8 cm, tandis que les femelles doivent avoir de 40 à 50 cm (soit 3, 50 à 3, 75 kg). Les plus grands individus peuvent mesurer jusqu’à 190 cm (~ 12 kg). Leur accouplement se produit au printemps ; ovovivipares, elles engendrent de 4 à 13 petits.

La structure de la population et les cycles de reproduction ne sont pas bien connus, pas davantage que ses habitudes migratoires.

En Corse, elle n’avait pas été officiellement recensée par Roger Miniconi en dehors du golfe de Porto Vecchio, à l’occasion de chalutages.

Nota : En l’absence de désignation spécifique en langue Corse, nous proposons d’utiliser le terme de « Ciocciu viulettu ».

Sources :

Capapé, C. (1977). Les espèces du genre Dasyatis Rafinesque, 1810 (Poissons, Rajiformes) des côtes tunisiennes. Cybium 30 Série 2, 75-105
Lo Bianco, S. (1909). Notizie biologiche riguardanti specialmente il periodo maturità sessuale degli animali del golfo di Napoli. Mitteilungen an der Biologischen Station zu Neapel 19, 35–691
McEachran, J. D., and Capapé, C. (1994). Dasyatidae. In « Fishes of the North-eastern Atlantic and Mediterranean ». ( Eds P. J . P. Wh i t e h e a d , M.-L. Bauchot, J.-C. Hureau, J. Nielsen and E. Tortonese.) vol. 1, 197–202. (UNESCO: Paris.)
Tortonese, E. (1976). A note on Dasyatis violacea (BP.) (Plagiostomia, Rajiformes).
Bolletino di Pesca Piscicoltura e Idrobiologia 31, 5–8.

2013

9 septembre

Campo d'ell oro  9 sept 2013 3 Dominique Giorgi marquéeCampo dell’ Oro, Ajaccio

Campo d'ell oro  9 sept 2013 2 Dumè, marquée Campo d'ell oro 9 sept 2013 1 D Giorgi

La Pastenague violette est ovovivipare : les embryons se développent dans l’oviducte de la femelle et la naissance se produit quand les jeunes sont complètement formés, prêts à une totale indépendance. La fécondité de la femelle n’est pas connue avec précision ; il semble qu’elle donne naissance à un nombre de petits compris entre un et neuf, peut-être deux fois l’an.

Il semble que deux femelles aient été observées alors qu’elles donnaient naissance à faible profondeur. Cet évènement, assez peu précisément documenté, a été photographié en bord de la plage de Campo dell’Oro, qui figure comme une zone de nurserie potentielle.

Campo d'ell oro  9 sept 2013 4 D GiorgiLocalisation : Campo dell’Oro (Ajaccio)
Observation : Dominique Giorgi

– – – – –

28 juillet 2013

Pêcheur : Alain Marcucci, Cargèse

Localisation : golfe de Porto
Observation à quai : Kevin da Cunha de Freitas Leal

Largeur : environ 50 cm

Raie pastenague violette individu 2, A.Marcucci, cargèse, 28 07 2013Cette pastenague se distingue par un disque plus large que long, conférant une allure presque triangulaire. La coloration brun-violet, particulièrement foncé, peut varier chez certains spécimens qui présentent un patron davantage vert-bleu, également sombre. Le corps est lisse, la tête bien distincte mais le museau, n’est pas marqué au niveau du disque (à l’inverse de Dasyatis pastinaca).Raie pastenague violette (19 bis)  individu 1, A.Marcucci, cargèse, 28 07 2013

Cette femelle de près de 50 cm pourrait avoir atteint sa maturité sexuelle.

Raie pastenague violette (4)  individu 1, A.Marcucci, cargèse, 28 07 2013La queue, en fouet, est deux fois et demi à trois fois plus longue que le corps ; elle porte en sa partie antérieure un à deux aiguillons dentelés.

Une dizaine de spécimens avaient été capturés. Seuls deux d’entre-eux n’ont pu être relâchés vivants à la mer et ont été conservé.

Pour éviter toute blessure éventuelle, les pêcheurs coupent systématiquement la queue des pastenagues. Sur la dernière photo, la raie repose sur sa face dorsale. On distingue la gueule et les cinq fentes branchiales à gauche, la fente uro-génitale à droite.

= = = = =

2011

Golfe de Lava

Observateur : Anthony Daniel, en charge du club Squale Plongée

Premier document in vivo d’une Pastenague violette dans les eaux de Corse, réalisé lors d’une plongée sous-marine.

raie pastenague violette, golfu di Lava, anthony, corrigeeCette pastenague est la seule à fréquenter les eaux pélagiques ; elle pratique un type de nage caractéristique par ses mouvements consistants en battement des nageoires pectorales, contrairement aux ondulations de la marge du disque des autres raies, davantage en prise avec les fonds marins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s