Raie circulaire

En l’absence d’ichtyonyme corse répertorié pour cette espèce, nous proposons « razza tondula ».

Leucoraja circularis se complait sur l’escarpement, entre 30 et 275 m de profondeur, avec une prédilection apparente pour la zone des 100 m. Elle fréquente une aire de distribution assez large, courant en Atlantique-Est de la Norvège au Maroc (voir au Sénégal ?). En Méditerranée, elle se rencontre en mer d’Alboran et sur l’ensemble de la frange côtière septentrionale du bassin occidental. Elle est un peu plus largement répartie dans la partie centrale entre la Sicile et la Tunisie, ainsi qu’en Adriatique. Elle est absente de la partie la plus orientale du bassin levantin.

En Corse, sa présence est davantage connue pour la façade orientale (Miniconi 1994 ; Trenkel et al. 2008)

Cette espèce benthique se caractérise par : Leucoraja circularis
– des ailes aux angles arrondis
– un museau court et aigu
– une coloration gris-noisette,
– la présence d’un semis de taches sombres et de 4 à 6 paires, plus claires, présentes sur les ailes, les bords du tronc, les pelviennes.
– environ 8 épines supra-orbitales disposées en arc de cercle, de taille réduite chez les adultes de grande taille
– la présence systématique de 2 à 4 files d’épines de part et d’autre de la ligne médiane du tronc et de la queue
– deux files d’épines parallèles sur chaque aile
– un pédoncule caudal à peine plus long que le disque
– présence de deux rangées parallèles d’épines alaires (c’est à dire sur l’aile)

Cette raie est ovipare. A ce jour, aucune capsule ovigère n’a été trouvée sur les côtes de Corse.

Les données concernant l’espèce demeurent limitées mais elles permettent néanmoins de la classer dans la catégorie des espèces en Danger de disparition. Depuis le 10 juillet 2012, l’espèce est protégée par la Convention de Barcelone.

La confusion largement possible avec la Raie chardon (Leucoraja funicula), rend délicate la connaissance de l’espèce en Méditerranée.

Bibliographie
Trenkel, V.M., Berthelé, O., Lorance, P., Bertrand, J., Brind’Amour, A., Cochard, M.-L., Coppin, F., Leauté, J.-P., Mahé, J.-C., Morin, J., Rochet, M.-J., Salaun, M., Souplet, A., Vérin, Y. (2009) – Atlas des grands invertébrés et poissons observés par les campagnes scientifiques. Bilan 2008. Ifremer, Nantes, EMH : 09-003. 100 p
 Miniconi R. (1994) – Les poissons et la pêche en Méditerranée ; la Corse. t. 1 Ed. Piazzola / La Marge.

Raja asteria Marcucci 1Date de capture : 29 août 2014
Engin de pêche : filet
Profondeur : près de 400 m de fond,
Site : golfe de Sagone (côte ouest de l’ile),
Pêcheur : A.M., bon observateur, il n’en avait pas rencontré précédemment.
Autres prises lors de la calée : raies (notamment des raies bouclées)
Informations transmises par : Kevin da Cunha de Freitas  Leal
Photos © Corsica-MSRG / A.M.

Le rostre modérément prononcé.
Des yeux et des spiracles Raja asteria Marcucci 2bordés par d’épines en arc de cercle.

 

Partie ventrale, blanche, avec le rostre noirâtre. Raja asteria Marcucci 3

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s