Torpille marbrée

T. marmorata, circa 25 08 2014 Marinella, enfant marché dessus, photo Anghjulu Maria TassoAux alentours du 20 août 2014, un enfant marche sur une jeune torpille marbrée au lieu-dit Marinella (Ajaccio).

Ni lui, ni ceux qui l’ont ensuite manipulé ensuite n’ont ressenti aucun choc électrique. Les organes fonctionnent néanmoins depuis la naissance, même si l’intensité n’est pas aussi importante que celle des adultes. Il est donc possible que ce spécimen avait déjà eu à déclencher une décharge préalablement, ou que son état de santé était déficient.
Photo © Anghjulu Maria Tasso

– – – – –
Torpedo marmorata

26 avril 2014 : capture, en surfcasting par Nicolas Tramoni, d’une Torpille marbrée adulte, lors du sélectif organisé en soirée sur la plage d’Aleria (Haute-Corse).

– – – – –

T marmorata juvénile Chiumi 06 09 2013 15 mLieu de capture :  au sud de la plage de Chiumi (Carghjese, Corse-du-Sud) ; zone rocheuse, filet calé pour le poisson
Profondeur : 15 m environ
Conditions : mer très calme
date : 06/09/2013 – 14 h 30

Ce sujet juvénile a été conservé pour pratiquer une nécropsie et analyser le contenu stomacal.

– – – – –

La capture, dans le golfe d’Ajaccio, d’une torpille de couleur sombre nous a conduit à postuler de manière erronée en faveur de la Torpille noire (Torpedo nobiliana). Il s’agissait d’une erreur : ce critère n’est pas un caractère fondamental de distinction chez les torpilles. Pour la Torpille marbrée (T. marmorata), Il existe d’ailleurs une grande variabilité dans la coloration, au point de rencontrer même des spécimens entièrement noirs.

Les risques de confusions sont grands. Dès lors, comment les distinguer ? Le Professeur Capapé précise qu’il existe « un moyen imparable : l’évent est petit, plus ou moins arrondi avec la bordure  frangée chez T. marmorata. ; en revanche, chez T. nobiliana, les évents sont allongés, effilés et la bordure est lisse, totalement dépourvue de ces petites franges ou tentacules. »

T. nobiliana, Isollela 18 07 2013

De petits filaments sont ici très visibles ; ce critère est discriminant, il s’agit bien de la Torpille marbrée. Ce spécimen, mesurant environ 30 cm de long pour 19 cm de large, a fait l’objet d’une capture accessoire de pêche. Encore vivant lors de la remontée du trémail, il a été remis à l’eau par le pêcheur.

Lieu de capture : à proximité de l’Isollela (rive sud du golfe d’Ajaccio)
sur fonds de 30 à 35 m
date : 18 juillet 2013

Observateurs : Kevin Da Cunha De Freitas Leal, en stage au sein de Corsica-MSRG

= = = = =

Lieu de l’observation : golfe de Figari (Corse-du-Sud)
Profondeur : 0, 50 m d’eau, en proximité de côte rocheuse (ilot)
Conditions : mer belle, grand beau
date : 04/08/2011 à 17 h 55

Photo © Isabelle Lenfle

=====

Lieu de l’observation : plage d’Olmeto (Corse-du-Sud)
Profondeur : 3 m d’eau
Température de l’eau : 18 ° C
Conditions : mer très calme
date : 26/05/2012 à 18 h 25

Photos © Jérôme Mirande

Stratégie alimentaire

Cette espèce vit sur fonds sableux ou vaso-sableux ; elle y chasse à l’affut en s’enfouissant. Seuls les yeux dépassent ; la torpille guette ses proies, immobile. Elle se nourrit de poissons comme parfois de crustacés (crevettes) et de céphalopodes (seiches).

Parasitisme

La torpille est parasitée par trois Annélides (vers segmentés). Il s’agit de Branchellion torpedinis, sangsue marine de 4 à 5 cm de long (jusqu’à 10, très exceptionnellement).

Le corps annelé, de couleur brune à noire est aplati ventra-lement. Il se divise en deux zones distinctes. L’extrémité antérieure, plus courte, s’achève par une ventouse portant des taches oculaires. La sangsue se nourrit du sang de son hôte.

Spécimen de sexe indéterminé.
Les organes électriques, en forme de haricots, sont nettement distincts.

– – – – –

Première observation intéressant la côte orientale

Lieu : Baie de Santa Giulia (Corse-du-Sud)
Profondeur : environ 3 m
Durée de l’observation : environ 10 mn
Conditions de mer et conditions atmosphériques : petites rides de surface, plein soleil
Observateur : Jean-François Beaufort, en PMT
Date : 19 juillet 2012

Se sentant dérangée par un phénomène étranger à l’observateur, qui s’est tenu à distance raisonnable, la torpille avait adopté une posture défensive de premier niveau. Cette position cambrée sera d’autant plus accentuée que la menace est ressentie comme préoccupante. Quoiqu’il en soit, elle assure clairement ainsi l’agresseur potentiel de sa préparation à un choc électrique de riposte.

Ces raies ont une activité diurne et nocturne, avec plus intensité la nuit.

..

..

..

= = = = =

Lieu : Furiani (à proximité du Grau de l’étang de Biguglia)

Date : 9 septembre 2012, vers 9 h 20

conditions atmosphériques : grand soleil
conditions de mer : particulièrement plate

température de l’eau : 17°
profondeur : 54 m, en proximité d’une épave (barge Natali)
Taille : env. 50 cm pour le disque

La raie marbrée a été observée posée sur le fond (vase et sable), elle a très peu bougé à l’approche des plongeurs.

Observateurs : Stephan Le Gallais et David Paoli, Corsica-Photosub

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s